L’importance des familles dans les missions mondiales

Par Carissa Potter et Karen Hardin | 15 Mar 2023

Available in: English | Français | 한국어 | Português | Español |

En quoi nos cultures d’Église seraient-elles différentes si chaque famille avait la conviction d’avoir un rôle stratégique à jouer dans l’histoire de la bénédiction de Dieu sur les nations ?

C’était en 1727. Cela se passait en Allemagne. La communauté morave, l’une des plus anciennes dénominations protestantes, priait et jeûnait. Tout comme au jour de la Pentecôte, l’Esprit Saint était à l’œuvre pour insuffler un réveil et recentrer toute la communauté sur l’importance de la prière. Ainsi commença une réunion de prière qui allait durer 100 ans. C’est de cette rencontre de prière longue d’un siècle qu’est né le mouvement moderne des missions.

Comment entretient-on un mouvement de prière pendant 100 ans ? La réponse peut vous surprendre : en impliquant les enfants[1]

Le réveil a commencé parmi les adultes, puis s’est étendu aux enfants. Un historien a ainsi décrit ces événements : « Tous les enfants étaient saisis d’une impulsion extraordinaire de l’Esprit et passaient la nuit entière en prière. Il n’y a pas de mot pour exprimer l’opération puissante de l’Esprit Saint sur ces enfants, dont la vie a été complètement transformée. »[2]

Nuit et jour, à toute heure, les croyants intercédaient tour à tour pour les nations du monde. Les parents et leurs enfants priaient ensemble, transmettant de génération en génération un amour fervent pour Dieu et les nations. Le mouvement moderne des missions a été fondé dans la prière, mais il a été entretenu par une fidélité multigénérationnelle.

La famille et la mission de Dieu

Dieu pensait à la mission quand il a créé la toute première famille (Genèse 1.27-28). Il avait prévu de remplir la terre de familles, porteuses de l’image de Dieu et reflétant sa gloire parmi les populations de leur époque. Pour cela il allait se servir d’Adam, Ève et leurs descendants, et plus tard des descendants de Noé. En Genèse 12, après la dispersion lors de la tour de Babel, Dieu a lancé avec Abraham ce qui deviendrait plus tard une alliance multigénérationnelle. Dieu a promis de bénir tous les peuples de la terre par Abraham et ses descendants.

En Genèse 18, Dieu révèle sa stratégie pour veiller à l’exécution de ce plan – la fidélité générationnelle :

Abraham va devenir une nation grande et forte, et toutes les nations de la terre se béniront par lui. Car je l’ai distingué afin qu’il ordonne à ses fils et à toute sa maison, après lui, de garder la voie du Seigneur en agissant selon la justice et l’équité ; ainsi le Seigneur fera venir sur Abraham ce qu’il a dit à son sujet. (Genèse 18.18-19, emphase ajoutée)

Dans le contexte de l’alliance mondiale et séculaire de Dieu, quel était l’appel particulier d’Abraham en tant que parent ? Abraham devait aimer Dieu et être une bénédiction pour les nations qui l’entouraient, et faire de ses enfants des disciples qui fassent de même.

En établissant la nation d’Israël, Dieu a donné des instructions particulières qui incarnent sa stratégie de fidélité générationnelle. Le peuple de Dieu devait l’aimer de tout son être et enseigner (ou former comme disciples) ses enfants à chaque instant de la vie ordinaire (Deutéronome 6.4-9 ; Psaume 78.1-7).

nous n’envisageons pas souvent à quel point les familles – même celles qui ont de jeunes enfants – peuvent être un élément central de notre stratégie missionnaire.

Bien que les familles aient toujours été stratégiques dans le plan rédempteur mondial de Dieu (notamment la famille qu’est l’Église), nous n’envisageons pas souvent à quel point les familles – même celles qui ont de jeunes enfants – peuvent être un élément central de notre stratégie missionnaire. Nous parlons d’ouvriers à long-terme ou à court-terme, d’initiatives d’évangélisation et d’approches stratégiques comme l’implantation d’Églises et la mission par les affaires. Mais, quand nous mettons au point notre stratégie missionnaire, avec quelle fréquence parlons-nous de partenariat avec les parents pour faire de leurs enfants des disciples qui connaissent la mission de Dieu et qui soient une bénédiction pour les nations ?
Que perdons-nous si dans notre mobilisation et nos stratégies missionnaires nous considérons l’inclusion des enfants et des familles comme un élément accessoire plutôt que central ? Qu’arrive-t-il quand nous ne pensons pas au rôle central de la famille et des enfants dans la mission de Dieu ?

Nous perdons des ouvriers potentiels pour le champ de la moisson. Une génération de jeunes croyants, remplis du même Esprit Saint que vous et moi, qui entend parler des peuples non-atteints et de la mission de Dieu seulement après avoir atteint l’âge adulte, va vivre inconsciente du rôle qu’elle peut jouer dans l’histoire de Dieu. Cette génération, dont la vision du monde est pour ainsi dire déjà complète autour de l’âge de 13 ans,[3] va être privée d’une compréhension de la place de son identité et de sa raison d’être dans le cœur et les plans de Dieu pour les nations.

Article

God’s Heart for Children Webinars

Learn about God’s heart for ministry with and for children in complex situations.

Nous passons à côté d’enfants comme Hope – dont le nom signifie Espérance – qui dès l’âge de neuf ans et consciente d’avoir un rôle à jouer dans l’évangélisation des nations, priait chaque jour pour la Mongolie. Et voilà que, deux ans plus tard, elle lit un article célébrant la conversion au Christ des premiers 500 Mongoliens, dont le titre était : « Hope for Mongolia » [Espérance pour la Mongolie] [4]

Nous passons également à côté de l’impact de la mobilisation des familles sur la culture de l’Église. Quand, au sein d’une assemblée, des unités familiales tout entières commencent à comprendre le cœur de Dieu pour les nations, et quand les enfants de ces familles sont élevés comme des chrétiens avec une vision mondiale, la culture de l’Église commence à changer. Le mouvement ne vient plus seulement de la hiérarchie vers la base, mais vient aussi de la base que sont les familles, qui cessent de voir la mission comme l’activité spécialisée de quelques-uns et commencent à voir la mission comme le cœur de ce que nous sommes, nous les disciples de Jésus. Une telle transformation se produit quand les parents et les responsables d’enfants vivent ouvertement leur conviction sur le rôle puissant du discipulat à la maison, comme une réalisation d’Apocalypse 7.9, et diront comme Doreen, une mère kenyane : « Je sais que mes enfants ne sont pas seulement sauvés de quelque chose, mais aussi pour quelque chose. »

Mettre les familles au centre de notre stratégie missionnaire

Si Dieu a fait des familles l’objectif central de sa stratégie missionnaire, peut-être devrions-nous faire de même. Voici quelques idées pour commencer.

1. Parlez régulièrement de la mission de Dieu, dans des endroits où les parents l’entendront

Pour mobiliser les familles, nous devons parler régulièrement de la mission de Dieu dont le but est que Dieu soit adoré par des gens de toute nation, de toutes tribus, de tous peuples et de toutes langues, et montrer comment chaque croyant a un rôle à jouer. Nous devons montrer comment le désir de Dieu de toucher toutes les nations traverse tout l’Ancien et le Nouveau Testament, et comment Dieu bénit son peuple pour qu’il soit une bénédiction pour les nations.

Les parents et les responsables d’enfants ne peuvent transmettre ce qu’ils n’ont pas d’abord eux-mêmes compris et cru.

Les parents et les responsables d’enfants ne peuvent transmettre ce qu’ils n’ont pas d’abord eux-mêmes compris et cru. Ils ne risquent pas non plus de participer en famille à la mission de Dieu, si cela semble hors d’atteinte ou hors de propos à ce moment-là de leur vie. Des adultes qui s’emparent du cœur de Dieu pour les nations comme une composante biblique de leur vie quotidienne et qui savent comment communiquer cette vision à leurs enfants forment le socle fondateur de la mobilisation des familles.

2. Aidez les parents et les responsables d’enfants à vivre ouvertement leur responsabilité biblique de discipulat

Nous ne devons jamais cesser de répéter aux parents et aux responsables d’enfants l’importance qui est la leur d’être des influenceurs spirituels dans la vie de leurs enfants. L’Église locale peut être un partenaire essentiel pour les aider à faire de leurs enfants des disciples.

Nombre de parents et de responsables d’enfants, y compris ceux qui ont été élevés dans des foyers chrétiens, n’ont jamais connu le type de discipulat décrit en Deutéronome 6. Cela peut paraître compliqué. Nous pouvons établir un partenariat avec des adultes responsables d’enfants pour les encourager régulièrement dans leurs efforts, en organisant des temps d’apprentissage pour acquérir quelques compétences particulières, et en leur donnant des modèles sur comment faire un culte de famille et avoir des conversations où parler de Dieu et de la mission avec leurs enfants ?

Article

Nurturing a Missional Heart in Our Children

While we’re busy mobilizing and leading others, how can we help our own children grow a heart for the world?

3. Plaidez en faveur du rôle des enfants dans la réalisation complète du Mandat missionnaire

Prenez le temps d’évaluer honnêtement comment vous-mêmes et votre culture considérez les enfants. Les voyons-nous comme l’Église de demain ou comme une partie de l’Église d’aujourd’hui, même quand ils sont encore jeunes ? Croyons-nous vraiment que l’Esprit Saint travaille en eux et parmi eux tout comme il le fait dans et pami les adultes ? 

Dans la Bible, beaucoup d’enfants ont joué un rôle stratégique dans l’œuvre de Dieu. Comme Miriam, qui veillait pour protéger le futur chef d’Israël alors qu’il flottait dans son panier sur le Nil (Exode 2.3-8). Comme le très jeune Samuel, qui a entendu la voix de Dieu alors que personne d’autre de l’écoutait (1 Samuel 3.1-10). Comme la servante de Naaman, émue de compassion pour l’adorateur d’idoles qui l’avait enlevée qui était atteint de lèpre. Elle lui a recommandé d’aller voir le prophète et a redonné de l’espoir à sa famille (2 Rois 5.1-3). Après l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, les enfants qui étaient dans le temple le louaient et l’appelaient Fils de David (Matthieu 21.15-16).

Tout comme aux temps bibliques, Dieu utilise des enfants dans son récit aujourd’hui. .

Mobiliser les enfants est source de bienfaits à court et à long terme, parce que les familles participent à la mission de Dieu dès maintenant, pendant que leurs enfants sont petits, et enverront peut-être un jour des disciples déjà conscients d’être en mission quand ils parviennent à l’âge adulte. Les Églises et les organisations devraient chercher délibérément à mettre en avant les enfants et leur importance pour la réalisation du mandat missionnaire. Nous devons leur fournir des occasions de servir et de participer comme membres de l’Église. Nous devons partager leur histoire. Nous devons les inviter à participer et prendre des décisions.

4. Appréciez le rôle de la famille dans la mission de Dieu

Pour évangéliser les nations, nous avons besoin de ceux qui iront. Dans la prière, beaucoup de familles diront : « oui ». Ceux qui iront connaîtront des difficultés et des épreuves dans leur travail transculturel. Nous devons à la fois les célébrer et bien les soutenir. Mais pour chaque missionnaire qui part, il y a besoin de dizaines de familles pour l’envoyer, car « comment proclamerait-on, si l’on n’est pas envoyé ? » (Romains 10.15).

Pour évangéliser les nations, nous avons besoin de ceux qui iront. Dans la prière, beaucoup de familles diront : « oui ». Ceux qui iront connaîtront des difficultés et des épreuves dans leur travail transculturel. Nous devons à la fois les célébrer et bien les soutenir. Mais pour chaque missionnaire qui part, il y a besoin de dizaines de familles pour l’envoyer, car « comment proclamerait-on, si l’on n’est pas envoyé ? » (Romains 10.15).

Pour voir l’achèvement du mandat missionnaire, pour voir tous les groupes de populations aimer et adorer Jésus, nous avons besoin de tous les croyants.

Le travail de la mobilisation des familles est un marathon. Il pénètre dans des lieux sacrés – le cœur de la vie familiale – et prend plus de 18 ans. Il exige volonté et persévérance. Mais, quelle récompense de fruits éternels ! Pour voir l’achèvement du mandat missionnaire, pour voir tous les groupes de populations aimer et adorer Jésus, nous avons besoin de tous les croyants. Et ceci inclut les parents et les responsables d’enfants et leurs jeunes enfants.

Ressources à explorer :

  • Parenting with a Global Vision: Une étude de six semaines pour petits groupes, destinée aux parents et disponible dans de multiples langues.
  • Accédez à des dizaines d’activités et d’articles sur la famille et les missions à l’adresse : weavefamily.org

 

Note de l’éditeur  : Cet article est présenté par le Réseau du Mouvement de Lausanne Enfants et famille en partenariat avec WEAVE. Pour vous connecter avec le réseau Enfance et famille, envoyez un courriel à l’adresse : [email protected].

Notes

  1. Story of the Moravians, Light of the World Prayer Center
  2. The History of Revivals of Religion by William E Allen
  3. Barna Group, Ltd.,“Changes in Worldview Among Christians over the Past 13 Years
  4. Kids Making A Difference by Pete Hohmann

Carissa est directrice fondatrice de Weave, un service chrétien du Center for Mission Mobilization [Centre pour la mobilisation missionnaire]. Elle a aidé des parents et des responsables dans plus d’une dizaine de pays par des formations, des ressources et des conseils. Elle a participé au développement de ressources familiale comme Parenting with a Global Vision et Big Story Series.

Karen est aujourd’hui responsable du développement de ressources pour Weave. Outre la création de ressources pour la famille, elle a également travaillé comme formatrice et coach internationale. L’une des plus grandes joies de Karen est celle d’équiper des enfants et des familles pour qu’ils comprennent les objectifs mondiaux de Dieu et embrassent leur rôle dans l’avancement de son royaume.