Depuis plus de 40 ans, le Mouvement de Lausanne a fait office de facilitateur pour des rassemblements des leaders en organisant un certain nombre de rencontres mondiales et de réseaux catalytiques qui, par la grâce de Dieu, ont élargi la portée des missions mondiales.

Aujourd’hui, Lausanne continue de répondre à sa vocation particulière : connecter les leaders de toutes les régions, opinions et générations pour travailler ensemble dans la prière à l’avancement de l’Évangile.

En apprendre plus sur la vocation particulière de Lausanne


Les débuts du Mouvement de Lausanne

Billy Graham

Notre histoire commence avec l’évangéliste Billy Graham. Alors que sa prédication prenait une dimension internationale, il est envahi d’une passion : « unir tous les évangélistes dans la tâche commune de l’évangélisation totale du monde ».

Dans les années 1970, Billy Graham perçoit le besoin d’un congrès mondial pour reformuler la mission chrétienne dans un monde de bouleversements politiques, économiques, intellectuels et religieux. L’Église, pense-t-il, doit comprendre les idées et valeurs qui sous-tendent ces rapides changements sociétaux.

En juillet 1974, plus de 2 400participants de 150 pays se sont rassemblés à Lausanne, en Suisse, pour le premier Congrès international sur l’évangélisation mondiale. Le magazine TIME l’a décrit à l’époque comme : « Un forum formidable. C’est probablement la plus vaste réunion de Chrétiens jamais tenue. »

Écouter l’allocution d’ouverture de Billy Graham

Les personnes qui y ont assisté se souviennent avec gratitude de la présence et de la faveur de Dieu sur ces dix jours de prière et de planification de la mission mondiale, dix jours qui ont galvanisé l’Église sur trois éléments majeurs :

1. Fondement théologique de la mission mondiale

La Déclaration de Lausanne, élaborée par un comité international présidé par John Stott, est aujourd’hui considérée comme l’un des documents les plus importants de l’histoire moderne de l’Église. Elle a précisé la nécessité et les objectifs de l’évangélisation, et a servi à rassembler les évangéliques d’arrière-plans divers et à façonner une grande partie de leurs efforts pour la fin du vingtième siècle.

Lire la Déclaration de Lausanne

2. Peuples non atteintes

Saluée comme « l’un des événements marquant de la missiologie », l’allocution plénière de Ralph Winter en 1974 a introduit une expression désormais omniprésente : « les peuples non atteints ». R. Winter soutenait que la mission interculturelle devait être la principale tâche de l’Église car, pour des milliers de groupes ethniques, il n’y avait toujours aucun chrétien ni aucun accès aux Écritures dans leur langue.

Voir et écouter l’allocution L’état du monde, depuis GJL2016 (seulement en anglais)

3. Mission holistique

Le Congrès a insisté sur la nécessite d’associer évangélisation et justice sociale dans la mission, la voix de Samuel Escobar et de Rene Padilla, théologiens d’Amérique latine, ayant été parmi les plus claires à se faire entendre. Cela a créé un changement de paradigme pour une grande partie de la pensée évangélique de l’époque, et l’adoption généralisée aujourd’hui de la notion de mission holistique ou intégrale peut-être attribuée en grande partie au Congrès de 1974.

En apprendre plus sur le Réseau thématique Mission intégrale (seulement en anglais)


Manille 1989 :Nouveau partenariats mondiaux

En 1989, le deuxième Congrès international pour l’évangélisation mondiale s’est tenu à Manille aux Philippines. Il a connu une participation notable de personnes venant de l’Union soviétique et de l’Europe de l’Est, de femmes et de laïcs. Manille 1989 a servi de tremplin à d’autres stratégies et jalons clés pour la mission mondiale :

Fenêtre 10/40

Partant de la présentation des peuples non atteints (PNA), que Ralph Winter avait faite en 1974, Luis Bush a identifié la région géographique où se situent la majorité des PNA. Le concept de Fenêtre 10/40 a aidé de nombreuses organisations missionnaires et Églises à concentrer leurs efforts sur les zones d’Afrique du Nord, d’Asie et du Moyen-Orient situées entre 10 et 40 degrés de latitude.

Partenariats mondiaux

Plus de 300 partenariats, réseaux et nouvelles entreprises missionnaires ont vu le jour à Manille en 1989, pour répondre à un large éventail de questions cruciales pour la mission. Beaucoup de ces nouveaux partenariats ont été conclus entre groupes travaillant dans le monde majoritaire.


Le Cap 2010 : Une plateforme pour l’Église mondiale

Le magazine Christianity Today décrit le troisième Congrès de Lausanne sur l’évangélisation mondiale qui s’est tenu au Cap comme : « Un consortium de dirigeants évangéliques plus jeunes, plus multiculturels et plus variés sur le plan géographique que jamais auparavant ». Le Cap 2010 a été soigneusement conçu pour représenter aussi exactement que possible la démographie de l’Église mondiale et donner une voix particulière à l’Église du monde majoritaire.


Réseaux thématiques : Suivre la feuille de route de l’EdC

Plus de 30 défis missionnaires urgents, la plupart associés à un réseau thématique, ont été identifiés dans L’Engagement du Cap (EdC). Il s’agissait notamment de l’avancement de l’Évangile parmi les apprenants oraux et les populations dispersées, dans le monde des idées et toutes les sphères de la société, notamment le monde des affaires, le monde de l’éducation et la place publique. L’EdC présente ce que nous croyons entendre dire par l’Esprit-saint à l’Église de notre temps, et il sert de feuille de route pour les activités du Mouvement.

Aujourd’hui, des acteurs clés se rassemblent dans ces réseaux thématiques et d’autres consultations mondiales axées sur des sujets cruciaux pour la mission. Les réseaux et consultations publient souvent des ressources pour les responsables dans le monde entier, ce qui contribue à façonner la théologie et la pratique missionnaires.

Découvrez des centaines de vidéos, articles et autres ressources missionnaires, disponibles gratuitement dans notre médiathèque.

Explorer les Réseaux thématique de Lausanne (seulement en anglais)  Consulter la médiathèque de Lausanne (seulement en anglais)


Interagir avec les générations de Jeunes leaders

Pour chaque génération depuis 1987, Lausanne a organisé un Rassemblement de jeunes leaders (RJL), afin d’identifier et rassembler les acteurs clés émergents du monde entier. Ces rassemblements mettent en contact les jeunes leaders entre eux et avec d’autres leaders mondiaux plus âgés pour constituer la nouvelle génération d’acteurs clés et encourager la formation des leaders.

Les deux premiers RJL ont eu lieu à Singapour en 1987 et en Malaisie en 2006. En 2016, le troisième RJL (RJL2016) a eu lieu à Djakarta en Indonésie, et a rassemblé plus de 1 000 jeunes leaders et mentors de plus de 140 pays. Conjointement à RJL2016, a été lancée une nouvelle initiative, appelée Génération des jeunes leaders de Lausanne (GJL), comme un engagement à épauler de façon délibérée les acteurs clés émergents sur les 10 prochaines années.

Connecter les acteurs clés d’aujourd’hui pour la mission mondiale

Malgré tout ce qui a changé au cours de plus de 40 années écoulées depuis le premier Congrès de Lausanne, nous croyons que notre rôle particulier dans la mission de Dieu pour le monde reste celui d’être un vecteur de connexion entre les acteurs clés et les idées qui feront avancer cette mission. Apprenez-en plus sur l’appel et la vision actuels du Mouvement, ainsi que sur comment vous connecter.

Appel actuel de LausanneSe connecter avec Lausanne (seulement en anglais)