Dans le monde, une personne sur sept est en situation de handicap. Ces personnes constituent le plus grand groupe minoritaire du monde. Parmi elles se trouvent certaines des personnes les plus pauvres, les moins instruites et les plus démunies en matière de santé. Une grande partie de leur souffrance est due au fait qu’elles sont aussi les moins employées. Jusqu’à récemment, on estimait que, dans le monde, à peine environ 30 % des personnes en situation de handicap étaient employées. Les études actuelles montrent que ce chiffre est en fait plus proche de 15 %. Cela signifie qu’environ 85 % des personnes en situation de handicap sont sous-employées et doivent recourir à d’autres méthodes pour subvenir à leurs besoins, notamment la prostitution, la mendicité, le vol ou tout autre moyen de survie. Les chrétiens veulent changer le monde stratégiquement en changeant la façon d’agir sur le lieu de travail. Qu’est-ce que cela signifie pour les personnes en situation de handicap ?

Une histoire qui se passe dans le monde du travail

« Sors de là, sale mendiant ! » Au temps du roi David, Mephi était un paria. N’ayant personne pour l’aider, il mendiait pour rester en vie. Luttant pour survivre, Mephi était un pauvre, un clochard de son époque. Comment était-ce possible ?

Mephi souffrait d’isolement et de rejet social parce qu’il était atteint d’une maladie invalidante. Aux yeux de tout Israël, le handicap de Mephi faisait de lui un marginal indésirable. Pas étonnant que Mephi vive dans l’isolement. Il était obligé de mendier, de demander l’aumône pour simplement survivre. L’idée d’une vie longue et agréable s’était depuis longtemps évanouie. Mephi se contentait de lutter pour survivre, en échappant à la maladie qui sévit chez les personnes en situation de handicap. Sa vie serait vraisemblablement considérablement raccourcie. Mais de quoi Mephi avait-il le plus besoin pour inverser le rejet, l’isolement et la menace sur sa santé ?

Environ 85 % des personnes en situation de handicap sont sous-employées et doivent recourir à d’autres méthodes pour subvenir à leurs besoins, notamment la prostitution, la mendicité, le vol ou tout autre moyen de survie.

Le seul espoir de Mephi était la compassion du roi. Mais dans le monde de Mephi, la compassion du roi n’était généralement qu’un stratagème de propagande pour gagner le soutien du peuple en le faisant passer pour un homme attentionné. De fait, les rois soi-disant vertueux étaient connus pour prêter attention au cas de la veuve, de l’orphelin et des pauvres, les membres les plus faibles de la société, et ces derniers devenaient des pions politiques permettant de feindre la compassion et de gagner ainsi le soutien des masses. Mais le roi David, plus vertueux, savait ce dont Mephi avait vraiment besoin. Le fils de Jonathan avait besoin d’un moyen pour subvenir à ses besoins.

Alors le roi a convoqué Tsiba, serviteur de Saül, pour lui dire : « Je donne au fils de ton maître tout ce qui appartenait à Saül et à toute sa maison. Tu cultiveras pour lui ses terres, toi, tes fils et tes serviteurs, et tu rentreras les récoltes, afin que le fils de ton maître ait de quoi manger ; et Mephi-Bosheth, fils de ton maître, mangera constamment à ma table. (2 Samuel 9.9-10)

David a conçu un lieu de travail accessible pour Mephi. Ainsi, Mephi pouvait gagner de l’argent, subvenir à ses besoins et vivre dignement parmi son peuple. Stratégiquement, David a aidé Mephi en lui donnant les terres de Saül qui appartenaient désormais de droit à David.[1] David n’a pas noyé Mephi sous sa charité ou ses soins, alors qu’il aurait pu lui donner une richesse illimitée et sans fin en puisant dans les coffres d’Israël. Au contraire, le roi lui a fourni à juste titre une opportunité de travail.[2] Cependant, il a fait plus que simplement agir avec justice.

David a invité Mephi à manger à la table royale. C’est un récit étonnant de totale inclusion. David a traité Mephi comme un membre de la famille ! Ce lien relationnel a revêtu Mephi de dignité devant sa communauté élargie en Israël. David ne s’est pas contenté de donner à Mephi un champ de travail, il lui a aussi donné un lieu de vie. Nous avons tous besoin de vivre et de nous épanouir.

Plusieurs questions sur le lieu de travail donné par David à Mephi

Question : Quel a été le nouveau lieu de travail de Mephi ?

Réponse : On pourrait avancer de manière très convaincante que le roi David a créé un espace de travail dans le secteur agricole d’Israël.

Question : Qu’a fait David pour Mephi ?

Réponse : David a restitué à Mephi des biens qu’il avait pourtant acquis légitimement de Saül. Mais David a également fourni la main-d’œuvre qualifiée pour aider Mephi à faire son travail sur ses terres.

Question : Quelles sont les conséquences de l’alliance qui liait David à Jonathan, père de Mephi ?

Réponse : David a respecté son alliance avec Jonathan : il a épargné Mephi et le reste des partisans de Saül. Mais David est allé bien au-delà de ce qui aurait pu être exigé ou même attendu de lui en tant que partenaire contractuel. David a fait entrer Mephi chez lui pour qu’il mange à la table familiale.

Question : Quelle est la meilleure chose que David ait faite pour Mephi ?

Réponse : David a donné à Mephi la possibilité de réussir dans le monde du travail. L’autonomisation de Mephi passait en partie par son rôle de leader. Il avait certes perdu son droit à la royauté à cause du péché de son grand-père Saül, mais David, dans sa position, lui en a rendu une partie.

L’action de David est une pièce manquante dans la pratique actuelle de l’Église locale vis-à-vis du monde du handicap.

L’action de David est une pièce manquante dans la pratique actuelle de l’Église locale vis-à-vis du monde du handicap. Trop souvent, des personnes en situation de handicap, pourtant appelées par Dieu et talentueuses, se voient interdire de nombreux rôles de direction tout simplement parce que leur vocation et leurs talents sont mis en question, quand ils ne sont pas carrément niés. Ceci n’est pas biblique. Le roi David a donné à Mephi un rôle de chef d’entreprise. Mephi n’est peut-être pas devenu roi d’Israël comme son grand-père, mais il est devenu fondateur et PDG de Mephi Industries SA.

Quelles leçons pouvons-nous tirer de l’histoire de Mephi ?

Quelles applications pouvons-nous tirer du récit de Mephi dans l’histoire royale de David ?

1) David a reconnu le besoin que Mephi avait de travailler, et pas seulement de recevoir la charité. Qu’en est-il de nous quand nous avons la responsabilité d’équipes de travail ? Cherchons-nous à voir comment employer des personnes en situation de handicap dans des rôles adaptés à leur vocation et à leurs talents ?

2) Le roi s’est servi de sa position pour créer un espace pour Mephi dans le monde du travail d’Israël. Créons-nous des rôles pour les personnes en situation de handicap dans le monde du travail ?

3) David a assuré à Mephi un statut juridique grâce à un travail durable. Donnons-nous aux personnes en situation de handicap un rôle indépendant de la charité, leur permettant d’être des citoyens actifs jouissant de tous les droits, privilèges et responsabilités ?

4) Le plus grand roi d’Israël a traité Mephi comme un fils. Il l’a invité à sa table familiale. Toute personne en situation de handicap a besoin d’une maison, d’un foyer et d’une famille. Une maison offre une protection physique et un espace d’intimité ; un foyer permet de fournir un statut juridique comportant des droits, des privilèges et des responsabilités ; et une famille, c’est un groupe de personnes qui s’aiment et se respectent, pour qui l’amour se donne et se reçoit à travers des gestes de sollicitude et d’affection. Christopher Latch, conseiller familial, a déclaré : « La famille est un havre dans un monde sans cœur. » La protection physique est essentielle lorsqu’on considère que chez les personnes en situation de handicap, plus d’une sur cinq sera maltraitée.

Que pouvons-nous apprendre des paraboles de Jésus ?

Luc 14 raconte une parabole de Jésus sur le handicap et les tables du dîner. Bien que nous ne puissions pas en être sûrs, Jésus faisait peut-être allusion à la pratique de David d’inviter Mephi à sa table royale lorsqu’il a dit : « Lorsque tu donnes un déjeuner ou un dîner…, invite des pauvres, des estropiés, des infirmes, des aveugles. » (Luc 14.12) Quel est le message de Jésus ? Jésus fait valoir que si vous allez inviter quelqu’un à un banquet, il faut vous assurer qu’il sera capable d’apprécier l’invitation et qu’il répond aux attentes de Jésus-Christ. Ce passage peut également faire écho à Luc 4, où Jésus, dans son protocole royal, proclame ses objectifs terrestres en tant que roi d’Israël. L’appel à aider les aveugles à recouvrer la vue ressemble beaucoup à la volonté d’amener le boiteux à la table du roi.[3]

Quelles leçons pouvons-nous tirer des expériences actuelles dans le monde du travail ?

Les personnes en situation de handicap n’ont pas besoin de la charité dans tous les domaines. Ce qu’elles désirent, c’est un emploi.[4] Souvent, pour combler ce fossé culturel, il faut un défenseur de la justice, quelqu’un qui, comme David, a compris qu’il ne devait pas se placer en héros charitable. David a tendu la main à Mephi parce que c’était ce qu’il convenait de faire en Israël, une société juste. Il savait comment traiter le besoin spécifique du logement.

Les personnes en situation de handicap n’ont pas besoin de la charité dans tous les domaines. Ce qu’elles désirent, c’est un emploi.

J’ai une fille de 30 ans qui est trisomique. Elle travaille dans notre pizzeria locale, où elle prépare des boîtes à pizza pour l’entreprise de la famille Calderone, Pizza Supreme. Cette opportunité d’utiliser une expression créative, l’exercice de ses mains et de ses yeux, et l’interaction sociale sont un des points forts de sa semaine ! Mais ce n’est pas même la moitié de l’histoire. Frank et Tony Calderone me disent combien il est important pour eux que Joanna soit là avec eux. Ils le prouvent en attribuant à Joanna une délicieuse part de la meilleure pizza de la ville ! On sait même que Frank sort parfois de derrière le comptoir pour faire la danse des canards avec Joanna !

De nombreuses entreprises prospères ont découvert un secret pour créer une culture du travail. En 2018, aux États-Unis, lors de la Journée mondiale de la trisomie 21, l’accent a été mis sur l’emploi des personnes souffrant de handicaps intellectuels et développementaux. Les participants ont entendu une série de témoignages, tirés du monde du travail, racontant comment des personnes atteintes de trisomie 21 ont changé la culture de travail de grandes entreprises florissantes new-yorkaises. Ce qui a fonctionné pour ces entreprises fonctionnera partout dans le monde moyennant une adaptation contextuelle. Nous pouvons reconnaître que, dans des rôles de direction, les personnes en situation de handicap peuvent avoir le même impact sur les Églises et les organisations chrétiennes.[5]

Comment devrions-nous donc vivre ?

Dieu pourvoit aux besoins des personnes en situation de handicap et les protège. Mephi se sent seul et abandonné, comme beaucoup de personnes en situation de handicap séparées de leur famille. Non seulement il a perdu toute sa famille, mais il est incapable de subvenir à ses besoins dans un monde qui dépend du travail physique pour sa survie. Dans sa fidélité, Dieu utilise le roi David pour pourvoir aux besoins de Mephi. Mais pas par une aumône ! Mephi n’est pas un objet de pitié, un cas de charité. Le roi le protégera également des ennemis qui veulent le tuer pour les méfaits commis par son grand-père, Saül. Non seulement Dieu protège le fils de Jonathan et pourvoit à ses besoins, mais Mephi s’assiéra à la table royale avec la famille du roi. David charge même des gestionnaires de s’occuper des champs de Mephi afin qu’il puisse jouir de la dignité du travail et de la réussite humaine. Dieu passe par d’autres personnes pour répondre aux besoins des personnes en situation de handicap. Pour l’occasion, Dieu choisit un roi pour s’occuper d’un orphelin en situation de handicap. Dieu vous a-t-il choisi pour faire de même ?[6]

Notes

  1. Z. Ben Barak, ‘Meribaal and the System of Land Grants in Ancient Israel’, Biblica 62 (1981): 73-91.
  2. 2 Samuel 9.1-13.
  3. Darrell Bock, A Biblical Theology of Luke-Acts (Grand Rapids: Zondervan, 2012).
  4. www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6466675493348392960/.
  5. Editor’s note: See article by Dave Deuel, entitled ‘Developing Young Leaders with Disabilities’, in January 2016 issue of Lausanne Global Analysis, https://lausanne.wpengine.com/content/lga/2016-01/developing-young-leaders-disabilities.
  6. Editor’s note: See article by William Messenger, entitled ‘Mission in the Workplace’, in June 2013 issue of Lausanne Global Analysis, https://lausanne.wpengine.com/content/lga/2013-06/mission-in-the-workplace-encouraging-access-and-transformation-through-workplace-ministry.

Photo Credit

Photo by Nicolás Perondi on Unsplash

Dave Deuel est directeur de recherche et conseiller en matière de politiques pour le Christian Institute on Disability, et doyen émérite de The Master’s Academy International. Il est le catalyseur du réseau thématique Handicaps du Mouvement de Lausanne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*