Available in: English | Français | 한국어 | Português | Español |

Selon l’Index mondial de la persécution des chrétiens 2022 publié par Portes Ouvertes, qui répertorie les cinquante pays où il est le plus difficile de suivre Jésus, huit pays d’Afrique et d’Asie réunis figurent parmi les dix premiers ! Dans ce numéro, nous examinons l’oppression des chrétiens et d’autres personnes au Nigéria et en Inde, qui se classent respectivement au 7e et au 10e rang.

Au Nigéria « les chrétiens sont confrontés à des persécutions très fortes ou extrêmes », écrit Babatomiwa Owojaiyie dans l’article intitulé « Persécution des chrétiens au Nigéria : une réponse biblique à un gouvernement insensible ». Il s’interroge sur le rôle du gouvernement dans une telle crise nationale où « les meurtres extrajudiciaires de citoyens innocents et la destruction gratuite de propriétés sont devenus des incidents quotidiens », ce qui l’amène à examiner ce que la Bible dit au sujet de la souffrance pour la foi et la réponse légitime des chrétiens. Il recommande à la communauté chrétienne de s’unir et de s’élever, tant pour les chrétiens que pour les non-chrétiens, contre toutes les formes de mal et d’injustice au Nigéria. Il exhorte également « les organisations confessionnelles internationales à ajouter leurs voix à cette cause » et « la communauté internationale à réagir activement aux persécutions incessantes des chrétiens au Nigeria ».

La montée de la violence communautaire en Inde ces dernières années se comprend mieux au vu de l’histoire du pays et du contexte de l’Inde moderne, tant politique, économique, culturel que religieux. Bien que la constitution indienne stipule que : « toute personne a un droit égal à la liberté de conscience et le droit de professer, pratiquer et diffuser librement sa religion », l’expérience des musulmans et des chrétiens raconte une histoire différente, comme le révèle l’article « Histoire de la minorité chrétienne en Inde : repenser le témoignage chrétien dans une nation dirigée par le BJP», par Cynthia Stephen. Ils sont ciblés et attaqués car leur nombre important peut constituer une menace pour le « le projet politique de l’hindutva ». Comment les chrétiens peuvent-ils être véritablement un sel et une lumière pour le Christ au milieu d’une telle discrimination et oppression ? « Les missionnaires doivent repenser l’évangélisation… Des approches novatrices sont nécessaires », conclut Cynthia.

Il est certainement difficile de suivre le Christ et d’être son disciple au milieu de la persécution. Qu’en est-il alors du discipulat dans un contexte multiculturel tel que le Canada ? Dans « Pourquoi la politique multiculturelle du Canada n’est pas à la hauteur de l’idéal évangélique : vers l’engagement, l’empathie et l’unité », Sherman Lau invite le lecteur, ainsi que les chrétiens canadiens, à réfléchir aux valeurs prônées par la politique multiculturelle du Canada que sont l’accommodement, la tolérance et la coexistence. Il affirme que cette politique « n’est pas à la hauteur de l’idéal du royaume que Dieu a pour son ecclesia… Les disciples de Jésus ont été appelés à sortir de Jérusalem non seulement pour témoigner de la bonne nouvelle mais aussi pour être la bonne nouvelle qui franchit les barrières ethniques, sociales et religieuses; » « Aux valeurs multiculturelles de l’accueil, de la tolérance et de la coexistence, [il] propose donc de substituer l’engagement, l’empathie et la communauté, pratiques du royaume de Dieu qui constituent le fondement de la formation interculturelle du disciple. »

Faire des disciples de la génération des natifs numériques (également connue sous le nom de génération Z) et les équiper pour le ministère est un autre défi auquel nous devrions accorder plus d’attention, car l’avenir de la mission dépend d’eux. Dans l’article : « Formation théologique pour les natifs du numérique : une étude de cas de l’Invisible College », Kaiky Fernandez et Pedro Dulci, coordinateurs stratégiques de l’Invisible Collège, s’appuient sur ce collège pour transformer l’enseignement et l’apprentissage théologiques avec souplesse et qualité, en soulignant l’importance et la pertinence des études théologiques, et cela dans un environnement relationnel. Cependant, il y a beaucoup de défis à relever, défis qui sont « intrinsèques à cette génération, similaires à ceux vécus dans l’Église locale, dans l’évangélisation et la formation de disciples », provoqués notamment par l’inattention et l’anxiété des étudiants. Les auteurs veulent que nous comprenions les jeunes de cette génération, que nous les soutenions avec une sagesse biblique pratique, « afin d’aider cette importante génération à non seulement connaître l’Évangile, mais aussi à le vivre dans sa vie quotidienne. »

Nombreux sont ceux qui de nos jours vivent une époque de difficultés et de dangers sans précédent, sous la menace d’une guerre nucléaire ou d’une troisième guerre mondiale. Puisse ce numéro nous inciter à prier pour la paix, à élever la voix contre toutes les formes d’injustice et à mettre en pratique les valeurs du royaume que sont l’engagement, l’empathie et la communauté dans nos rapports avec les étrangers qui se trouvent parmi nous.

Analyse globale de Lausanne est également disponible en portugais, espagnol, anglais et coréen. Veuillez envoyer vos questions et commentaires sur ce numéro à [email protected]. Le prochain numéro paraîtra en juillet 2022.

Loun Ling Lee est la rédactrice en chef de l’Analyse mondiale de Lausanne. Elle a été chargée de cours sur la mission au Redcliffe College, au Royaume-Uni, directrice de la formation d’AsiaCMS basée en Malaisie, directrice exécutive de MSI Professional Services (Malaisie), mobilisatrice de mission auprès de la mission OMF (Singapour) et pasteure de la Grace Chinese Church à Singapour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*