Dans le dernier numéro, nous avons abordé l’impact pluridimensionnel – historique, social, politique, économique, environnemental, ecclésiologique et théologique – de la pandémie de COVID-19. Dans ce numéro, nous poursuivons avec un autre article lié à la pandémie qui s’intéresse aux besoins médicaux écrasants et à la façon dont l’Église pourrait contribuer à soulager de telles douleurs et souffrances dans notre monde.

La pandémie de COVID-19 a révélé, dans le monde entier, de nombreuses disparités socio-économiques entre les régions riches en ressources et les régions pauvres en ressources. Dans leur article intitulé « Opportunités de manifester le Royaume de Dieu en comblant certaines disparités face à la COVID-19 », trois professionnels de la santé, Stephen Ko, Paul Hudson et Jennifer Jao, affirment que ces disparités ont entraîné des « inégalités fondamentales dans les systèmes de santé, l’accès aux connaissances et les déterminants psychosociaux de la santé » qui « jouent un rôle dans les différences de morbidité, de mortalité et de séquelles à long terme de la COVID-19, dans diverses communautés ». En des moments comme ceux-ci, ils sont convaincus que l’Église mondiale a une occasion unique de réagir de manière holistique et collaborative, en se tenant sur la brèche pour apporter des soins de santé aux personnes dans le besoin. Dans la limite de nos propres ressources limitées, nous pourrions prendre en considération leurs suggestions créatives utiles.

Hebert Palomino croit que Dieu se préoccupe de notre bien-être total, y compris de notre santé mentale. L’un des fondements bibliques de cette affirmation se trouve dans 3 Jean 2, où Jean écrit à Gaius lui souhaitant: « que tu sois en aussi bonne santé physique que tu l’es spirituellement. » En tant que praticien de santé mentale et professeur en Conseil et soins pastoraux, Hebert Palomino met l’accent sur « Construire une chaire mobile pour le bien de la santé mentale » et sur la « plénitude dans la vie quotidienne » de ceux qui entendent la prédication. Il considère Jésus comme le modèle à suivre et remarque que « la prédication de Jésus a eu une influence profonde, vivifiante et puissante sur le bien-être holistique de ses auditeurs. » Dans de nombreuses régions du monde qui ont vu apparaître le spectre d’une crise de santé mentale, notamment pendant la pandémie de COVID-19, l’auteur met l’Église au défi de jouer un rôle important pour la bonne santé de tous. Il conclut par quelques aperçus pratiques en tant que soignant.

Comment prendre soin des personnes qui vivent la tourmente des conflits politiques et des tensions religieuses ? La population du Cachemire vit une telle agitation, exacerbée par la récente abrogation de « l’article 370 de la Constitution indienne qui garantissait un statut autonome spécial au Cachemire sous administration indienne, où les chrétiens sont une petite minorité dans une région majoritairement musulmane. La résilience et l’espérance sont les ingrédients clés de la survie des Cachemiris, comme le révèle l’article « Le Cachemire à l’aube d’une ère nouvelle » par Jacob Daniel, un conférencier, apologiste et analyste culturel international. Prendre soin d’eux, c’est notamment les soutenir dans la prière, pourvoir au soutien nécessaire pour les malades mentaux et faire entendre leur voix. Il appelle l’Église du monde entier à « amplifier sa voix pour assurer les chrétiens de leur soutien indéfectible… malheureusement, les chrétiens des autres régions du pays et même du monde entier sont majoritairement indifférents et silencieux. Ils hésitent à élever la voix en solidarité avec leurs coreligionnaires du Cachemire. »

« Quel sera l’avenir des villes dans un monde post-COVID ? » est une question que beaucoup se posent aujourd’hui. Pour les églises missionnelles mondiales, il ne faut pas sous-estimer l’importance de la mission auprès des communautés de diaspora vivant dans des villes ayant des connexions mondiales. Dans ces villes, « Les peuples les moins atteints du monde sont à notre porte » et pourraient être atteints au XXIe siècle, écrit Charles Rijnhart,en service au Népal, dans le cadre de la Diaspora Missions Initiative. Une des « lacunes actuelles de l’action missionnaire dans les villes-carrefour mondiales, que souligne Charles est le « manque de formation et de partenariat avec les Églises urbaines locales en matière d’action interculturelle » y compris avec les Églises de diaspora Il préconise vivement que les Églises missionnelles mondiales mobilisent « les Églises locales pour un ministère interculturel, en établissant des partenariats avec les Églises de diaspora présentes dans la ville et en fournissant des ressources financières qui assurent la pérennité de celles et ceux qui cherchent à maintenir une présence à long terme. »

Une approche similaire – mobiliser et former les Églises locales, en utilisant des moyens autochtones pour atteindre les populations locales – est fortement recommandée dans « Clés pour une implantation contextualisée d’Églises en Thaïlande » de D. J. Oden, un travailleur interculturel de Pioneers, en Asie du Sud-Est. La mission chrétienne parmi les bouddhistes en Asie a généralement abouti à peu de conversions malgré plus de 200 ans de travail acharné et de nombreuses prières. Un facteur majeur est la façon dont l’Évangile a été communiqué. Dans son article, Oden décrit comment un mouvement vers le Christ est en train de croître parmi les bouddhistes du centre de la Thaïlande. Il est né « sous l’impulsion de chrétiens thaïlandais animés par le désir d’apporter le message de l’Évangile à leur peuple » par le biais d’une évangélisation, de l’implantation d’églises, de la formation de disciples et du développement du leadership contextualisés. Grâce à des témoignages et des analyses convaincants, il nous fait comprendre que « l’Esprit de Dieu est à l’œuvre parmi ces Thaïlandais. »

Nous espérons que vous trouverez ce numéro à la fois stimulant et inspirant. Notre objectif est de fournir une analyse stratégique crédible, des informations et des idées sur les tendances et les développements actuels et futurs afin qu’en tant que dirigeants, vous et votre équipe soyez mieux équipés pour la tâche d’évangélisation du monde. En fin de chaque article, vous trouverez une possibilité de vous abonner à cette analyse mondiale bimensuelle ; il suffit d’indiquer votre adresse électronique dans la fenêtre « Abonnez-vous aux messages d’alerte pour courriel » et cliquer sur « s’abonner ». Et c’est gratuit.

L’Analyse mondiale du Mouvement de Lausanne est également disponible en anglais, espagnol et portugais. Veuillez envoyer vos questions et commentaires sur ce numéro à l’adresse : [email protected]. Le prochain numéro paraîtra en janvier 2021.

Loun Ling est la rédactrice en chef de l’Analyse mondiale de Lausanne. Elle a été chargée de cours sur la mission au Redcliffe College, au Royaume-Uni, directrice de la formation d’AsiaCMS basée en Malaisie, directrice exécutive de MSI Professional Services (Malaisie), mobilisatrice de mission auprès de la mission OMF (Singapour) et pasteure de la Grace Chinese Church à Singapour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*