Les différences intergénérationnelles représentent à la fois un grand défi et une occasion à saisir pour faire fleurir des amitiés évangéliques improbables.

Une jeune leader a récemment été invitée à rejoindre une équipe régionale de Lausanne. Après sa première rencontre, elle a envoyé un message à un groupe sur WhatsApp pour dire qu’elle avait besoin d’être encouragée parce que « ces gars sont vieux ».

Le défi de l’intégration des nouvelles générations dans l’équipe de direction se fait sentir non seulement dans les ministères et les organisations chrétiennes, mais aussi dans tous les lieux de travail. En effet, une récente enquête de Generation Index indique que 77 % des travailleurs considèrent les « attentes professionnelles différentes selon les générations » comme un défi organisationnel important.[1]

Avec près de six ou sept générations vivant ensemble dans notre communauté mondiale aujourd’hui, la transition entre la génération grandiose (1901-1927), les silencieux (1928-1945), les boomers (1946-1964), la génération X (1965-80), les milléniaux (1981-1995), la génération Z (1996-2010) et la génération Alpha (2011-2025) a apporté des changements dynamiques considérables. À certains égards, les révolutions idéologiques, sociologiques, économiques et technologiques ont fait de notre réalité générationnelle des voisins étrangers.

Si des événements à impact mondial, comme le COVID-19, ont donné lieu à des expériences partagées par toutes les générations, celles-ci se comportent le plus souvent comme des équipes très différentes jouant sur le même terrain avec des règles de compétition différentes. À titre d’exemple, l’Afrique est aujourd’hui le continent le plus jeune du monde, avec quelque 60 % de sa population totale âgée de moins de 25 ans, mais le continent est également dirigé par certains des présidents les plus âgés du monde, dont les mandats sont les plus longs. Cette réalité du déficit de leadership en Afrique a des connotations culturelles profondément ancrées.

Les cultures familiales, les normes sociétales et les valeurs façonnent à la fois la perception et la réalité tout autour de nous dans nos communautés mondiales. Ainsi, dans chaque culture, nous avons besoin d’acteurs clés qui comblent le fossé entre générations pour établir intentionnellement des relations comme celles ayant existé entre Moïse et Josué, Naomi et Ruth, Mardochée et Esther, Elisabeth et Marie, Paul et Timothée, ainsi que les nombreux autres personnages évoqués dans de belles histoires de vie intergénérationnelles contenues dans le récit biblique. En tant que chrétiens, les différences entre les générations représentent à la fois un grand défi et une occasion à saisir pour se mettre au service les uns des autres.

Pour une gestion fidèle de l’Évangile, il est essentiel de combler le fossé générationnel entre les responsables chrétiens dans la mission mondiale. Nous servons le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, qui a accompli sa promesse et son dessein à travers toutes les générations. Comme l’apôtre Paul, nous prions pour que Dieu soit glorifié dans toutes les générations, pour les siècles des siècles. Notre engagement en faveur de l’intégration de nouvelles générations découle de nos convictions bibliques. En effet, plus nous connaissons Christ, plus nous portons tout son peuple dans nos cœurs, y compris ceux qui sont nettement plus âgés ou plus jeunes que nous.

Supposons que vous occupez un poste de direction, que vous soyez plus âgé ou plus jeune, mais que vous n’avez pas encore essayé de combler le fossé générationnel. Quelles seraient les premières actions à mener ? Comment passer d’un étranger générationnel à un ami générationnel ?

1. Cultivez des amitiés intentionnelles entre les générations.  

Le premier pas à faire pour combler le fossé générationnel consiste à s’intéresser à la vie de l’autre. En effet, les leaders doivent s’inspirer de Jésus pour se rapprocher des autres et se lier d’amitié avec eux. Il est essentiel d’apprendre à se connaître mutuellement dans nos contextes naturels de vie.

Peut-être que pour vous, le point de départ consiste à consacrer un temps régulier pour rencontrer un jeune leader qui vous tient à cœur. Ou peut-être que si vous êtes un jeune leader, vous pouvez commencer par vous lier d’amitié avec un leader plus âgé avec qui vous avez un intérêt commun. N’ayez pas peur, l’amitié est un travail d’évangélisation.

2. Intégrez les Écritures dans votre marche quotidienne dans la foi.

La Parole de Dieu est notre seul compagnon sûr et notre boussole. Lorsque les leaders sont saturés des Écritures, leurs amitiés le sont aussi. Nos relations tout comme nos passions se développent sur la base de la Parole.

Comme Jésus sur la chemin d’Emmaüs, les leaders plus âgés doivent apprendre à écouter patiemment les plus jeunes. Et comme Timothée, les jeunes leaders doivent apprendre à être un exemple de foi et d’amour pour les leaders plus âgés.

Souvent de cette manière personnelle et relationnelle, le fait d’étudier ensemble les Écritures laisse toutes les personnes impliquées avec des cœurs brûlants et des visions transformatrices du Christ dans des situations de la vie réelle. Les différences sont éclipsées par la plus grande unité qui découle de la connaissance de Jésus ensemble et de l’amour profond.

3. Engagez-vous dans un mentorat authentique qui dure toute une vie, ou trouvez-vous un mentor pour toute une vie.

Avez-vous un mentor ? Ou êtes-vous le mentor d’un jeune leader ? Pensez à prier pour une personne d’une autre génération que vous pouvez rencontrer régulièrement pour partager et prier.

Il est important de noter que dans une relation de mentorat, les leaders doivent partager des histoires authentiques sur leurs forces et faiblesses. Lorsque nous nous concentrons uniquement sur nos forces et nos réussites, nous tombons facilement dans le découragement. Par contre, lorsque nous apprenons à partager nos faiblesses, nous favorisons la compréhension, la grâce et la vérité enracinées dans notre besoin de dépendance vis-à-vis du Christ et des autres.

Les amitiés entre les générations ont porté des fruits incroyables dans le Mouvement de Lausanne. En effet, de nombreux leaders du Mouvement de Lausanne d’aujourd’hui ont été encadrés par Billy Graham et John Stott, qui ont fondé le Mouvement, et les leaders les plus anciens ont passé leurs témoins aux amis de la génération suivante. Il ne s’agit pas juste d’une démarche descendante, car les jeunes leaders apportent leur sagesse, leur créativité et leur leadership au sein de nos conseils d’administration, de nos réseaux à thème, de nos initiatives, de nos équipes régionales et de notre personnel. Les générations plus âgées et plus jeunes sont indispensables, car nous ne pouvons apporter l’Évangile au monde entier que si nous le faisons en tant que famille composée de toutes les générations.

Les amitiés spirituelles demandent de la vulnérabilité et de la mutualité. Par conséquent, nous devons réfléchir aux stratégies pour combler intentionnellement le fossé du leadership générationnel où que nous soyons, en transformant les cultures qui créent des fossés générationnels dans nos familles, nos églises, nos lieux de travail et nos réseaux.

Après quelques semaines d’interaction au sein de l’équipe régionale de Lausanne, une jeune leader sur WhatsApp nous confie qu’elle a pris conscience du privilège que représente le fait de cheminer avec des leaders plus âgés, « d’entendre leurs cœurs et de les écouter partager leur vulnérabilité quant à leurs regrets et aux espoirs qu’ils placent dans ma génération ». Grâce à ses interactions au sein de l’équipe régionale, elle s’est également sentie poussée à se lier d’amitié avec des personnes faisant partie de la génération après la sienne, « qui me traitent de vieille en face ».

Au fur et à mesure que nous nous rencontrons et servons ensemble à travers les générations, nous passons d’étrangers générationnels à des amis générationnels. De plus, nous apprenons à connaître plus intimement l’amitié de notre Seigneur et Sauveur grâce à ces amitiés improbables, centrées sur l’Évangile. En effet, c’est dans de telles amitiés que nous percevons plus clairement les précieuses paroles de Jésus : « Je vous appelle mes amis » (Jean 15:15).

Priez avec nous

Dieu notre Père, merci pour le don des générations et l’unicité que chaque génération apporte dans la vie de ton église et de ton peuple. Accorde-nous le courage et l’humilité d’entreprendre la tâche importante de combler le fossé entre les générations dans nos ministères, nos églises et nos vies personnelles pour l’avancement de ton règne et l’accomplissement de la Grande Commission. Puissions-nous être comptés parmi ceux qui disent avec audace combien tes œuvres sont belles et publient tes exploits d’une génération à l’autre (Ps 145, 4).

Endnotes

  1. Generation Index & SyncLX, n.d.

Nana Yaw Offei Awuku est le directeur associé mondial de Lausanne pour les générations et dirige la Génération des Jeunes Leaders (GénJL). Nana a fait partie du personnel de la Scripture Union Ghana pendant plus de 20 ans, servant au sein de l'équipe dirigeante en tant que directeur des ministères de terrain. Il est marié à Beth et ils ont trois enfants.

Ole-Magnus Olafsrud travaille avec le Mouvement de Lausanne et Barnabas Focus, après avoir servi Les Navigateurs pendant des années. Avec son équipe, il s'efforce de mobiliser des mentors pour la formation de disciples entre les générations, par le biais d'un mentorat d’équipe qui dure toute une vie de jeunes leaders pour la mission mondiale. Il vit avec sa femme en Norvège et ont 13 petits-enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*