Pour la mission mondiale, l’impact des migrations internationales sur la stratégie missionnaire est devenu un sujet de réflexion de plus en plus important.

« Donner aux croyants qui sont déjà en mouvement les moyens d’être des ouvriers de première ligne du royaume est essentiel pour étendre l’influence de l’Évangile dans les nations », écrivent Harvey Thiessen, travaillant avec OM comme Responsable de zone pour l’Océanie et l’Amérique du Nord, et Alena Popova, analyste de recherche de données pour Scatter Global. Dans leur article Passer le relais aux migrants évangéliques, ils étudient les endroits où ces travailleurs pourraient avoir le plus grand impact. Pour cela, ils consultent les données migratoires des Nations unies et les données concernant les croyants qui se déplacent vers les zones géographiques les moins atteintes. Donner aux travailleurs une formation de disciple et une formation biblique, les mobiliser et les soutenir « va révolutionner la façon dont ils se considèrent, ainsi que leur rôle » de témoins de l’Évangile quel que soit l’endroit où Dieu les a envoyés. « L’Église philippine a été en première ligne de cet effort ces dernières décennies et a beaucoup appris sur la façon d’activer les travailleurs migrants. » Pour y parvenir, il faut toutefois un cheminement délibéré de mobilisation, comme le montre l’article suivant.

Dans Nécessité d’une formation de base pour les mobilisateurs de missions, Jojie Wong souligne la nécessité d’une « mobilisation missionnaire stratégique et bibliquement saine », pour que tant les organisations missionnaires que les Églises passent d’un contexte émergent de mission à un engagement missionnaire mature. Ce qui manque pour cela est une formation de base centrée sur « le fondement biblique de la mobilisation, l’étude des pratiques actuelles et les attentes tacites de la mobilisation » qui équipera mieux les missionnaires avant leur envoi sur le terrain. Prenant appui sur ses nombreuses années d’expérience dans la mobilisation pour la mission internationale et dans le développement de la fonction de direction avec OMF, Jojie Wong a pu se livrer à une analyse critique du mouvement missionnaire aux Philippines, son pays natal. Elle en tire des leçons précieuses qui seront très utiles pour d’autres contextes émergents de mission dans le Sud.

Pour accélérer les mouvements missionnaires, Joseph Handley, président de Asian Access, se focalise sur la formation des dirigeants . « Convaincu qu’une approche collaborative et communautaire de la fonction de direction, qui donne des moyens d’action à de multiples centres » est la marche à suivre pour la mission mondiale dans un monde de plus en plus interconnecté mais cependant polarisé, il entreprend d’exposer « six thèmes importants qui constituent un nouveau modèle théorique de direction » qu’il appelle le paradigme du « leadership missionnaire polycentrique ». Les six thèmes sont : charisme, collaboration, collectivité, relations, liberté et diversité. Ils pourraient servir de critères quand nous faisons un bilan de notre manière de développer la fonction de direction missionnaire.

« Le leadership missionnaire polycentrique puise dans une riche diversité de sagesse », prend en compte « un éventail plus large de voix de dirigeants, représentant les bases locales et régionales ». Dans l’article Racisme et Mandat missionnaire, nous entendons certaines de ces voix issues de différents contextes mondiaux. Elles soulignent « comment le racisme, sous ses nombreuses nuances, peut désensibiliser notre conscience et affaiblir notre conviction. » Les auteurs Jennifer Javed Khan (directrice d’école secondaire au Pakistan), Rebecca Yin Foo (psychologue clinique et conseillère auprès des jeunes en Australie), Paul Lewis (membre du personnel de SCFSU et apologète en Jamaïque) et Susan Ann Samuel (avocate dans un tribunal de district en Inde) partagent en profondeur leurs expériences personnelles. Fermement convaincus de la justesse du concept biblique de la création par Dieu d’une race humaine unique et que la juste réponse à l’injustice est la lamentation biblique, ils mettent l’Église mondiale au défi « non seulement de prêcher l’Évangile, mais aussi de mettre en évidence l’amour du Christ pour les autres, qu’ils aient ou non la même couleur de peau. » En effet, « pour appartenir au Royaume de Dieu, il n’a jamais été question de couleur, de tribu, d’ethnicité, de classe, de langue, de crédo ou de religion. »

Puissions-nous chercher d’abord le royaume de Dieu et sa justice, nous le peuple du royaume et ses ouvriers, où que nous soyons et en toute circonstance.

L’Analyse mondiale du Mouvement de Lausanne est également disponible en portugais, espagnol et anglais Veuillez envoyer toutes les questions et commentaires relatifs à ce numéro à [email protected]. Le prochain numéro sortira en juillet 2021

Loun Ling Lee est la rédactrice en chef de l’Analyse mondiale de Lausanne. Elle a été chargée de cours sur la mission au Redcliffe College, au Royaume-Uni, directrice de la formation d’AsiaCMS basée en Malaisie, directrice exécutive de MSI Professional Services (Malaisie), mobilisatrice de mission auprès de la mission OMF (Singapour) et pasteure de la Grace Chinese Church à Singapour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*